Affaire des "bérets rouges disparus" à Bamako : les familles réclament la vérité

PAYS : Mali
DATE DE PUBLICATION : mardi 24 décembre 2013
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Politique
AUTEUR : Moctar BARRY

Amnesty international a présenté un rapport dénommé Agenda pour les droits humains au Mali à la presse le 30 novembre dernier. Dans ce document figure la liste des militaires "Bérets rouges" portés disparus au lendemain du contre-coup d’Etat du 30 avril 2012. Ils sont au nombre de 21. C’est l’affaire pour laquelle l’ex-président Amadou Haya Sanogo est actuellement aux arrêts.

Le juge en charge de l’instruction judiciaire sur l’affaire des bérets rouges disparus a procédé début décembre à l’exhumation de 21 corps dans le village de Diago, non loin du camp militaire de Kati. Ils correspondraient aux 21 militaires bérets rouges disparus. En attendant une identification formelle des dépouilles découvertes, les femmes de ces "Bérets rouges" se sont organisés en association et réclament vérité et justice pour leurs maris disparus.

« Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants ».

Article 26 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH)

img