Aminata Barry, fille d’une victime du Camp...

DATE DE PUBLICATION : samedi 2 avril 2016

Aminata Barry, fille d’une victime du Camp Boiro en Guinée Conakry : « La vie humaine ne vaut plus rien dans ce pays, pourtant une victime est une victime. Il faut qu’on arrête à tuer les gens et de les faire disparaître. Tant que cette impunité va rester, la récidive prospère toujours sur le terreau de l’impunité. »

« Effectivement, j’ai reçu la visite de deux personnes venues pour me demander pardon. Je leur ai demandé de quel pardon s’agit-il ? ai-je offensé quelqu’un ? Ils m’ont répondu qu’il s’agit de la mort de Norbert. Que de juste accepter le pardon. Blaise a dit qu’il n’est au courant de rien donc j’ai confié l’affaire à Dieu. Même si Blaise avait reconnu la mort de Norbert je ne peux en aucun cas prendre l’argent de son assassin. Même dans 100 ans Dieu va agir. Même si je ne suis plus vivante, rassurez-vous que justice sera faite. Assassiner de manière aussi violente, Dieu va agir », feu Augustine Zongo, mère du journaliste Norbert Zongo.

img