Citation du Pr Joseph Ki-Zerbo

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : jeudi 17 novembre 2011
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Opinions

Un appel du professeur Ki-Zerbo à la jeunesse africaine, un appel à la responsabilité collective et individuelle.

Historien et homme politique burkinabè né le 21 juin 1922 à Toma et décédé le 4 décembre 2006 à Ouagadougou.

Il passe son baccalauréat à Bamako (Mali), et ses notes excellentes lui valent une bourse d’études à Paris en 1949. Premier africain agrégé d’histoire à la Sorbonne dans les années 50, il fonde l’Association des étudiants de Haute-Volta en France. Professeur d’histoire à Orléans puis à Paris, il côtoie de nombreux intellectuels d’avant-garde de l’époque.

En 1957, il s’installe à Dakar où il enseigne et entre en politique en créant le MLN (Mouvement de libération nationale), qui mène campagne dans plusieurs pays d’Afrique occidentale. Joseph Ki-Zerbo expose ses idées sociales et politiques dans de nombreuses publications sur l’histoire et la culture africaines. En 1972, paraît sa célèbre Histoire de l’Afrique noire, des origines à nos jours qui devient l’ouvrage de référence en histoire africaine. Il y réfute la description - alors courante en Europe - de l’Afrique comme un continent sans culture et sans histoire.

Exilé de nombreuses années suite à une condamnation par un tribunal populaire révolutionnaire, il revient au Burkina Faso en 1992.
Il a été, tour à tour, membre du conseil exécutif de l’Unesco, professeur d’histoire à l’Université de Dakar, directeur du Centre d’études pour le développement africain (CEDA) de Ouagadougou, homme politique et député à l’Assemblée nationale du Burkina Faso.

« Un Africain authentique est celui-là qui sait ce que ses ancêtres faisaient avant. Si vous ne connaissez pas votre passé, vous n’êtes pas un Africain. Si vous ne savez pas ce que faisaient vos ancêtres vous n’êtes pas un Africain. Si vous interroger les africains, 90% d’entre eux ne savent pas que leurs ancêtres ont été les premiers à avoir créé une religion donc ils suivent ce qu’on leur dit, ils appliquent ce qu’on leur dit et rejettent leur propre origine. On ne peut s’en sortir quand on rejette sa propre origine. On ne peut pas se réaliser dans la peau d’autrui. Un Africain ne sera jamais un Français, ne sera jamais un Arabe…il faut qu’il soit lui-même : c’est ça être un Africain authentique. Être soit même, savoir ce que les ancêtres faisaient et essayer de suivre la route. Si on fait cela, vous verrez qu’en moins d’un quart de siècle on s’en sortira. Notre jeunesse sera une jeunesse forte à l’égal des jeunesses d’autres pays du monde », Doumbi Fakoly.

img