Conflits intercommunautaires au Burkina : ça dégénère !

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : mardi 2 avril 2013
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société
AUTEUR : Droit Libre TV

A Saré Peulh, dans la commune rurale de Gon-Boussougou situé dans la région du Centre-Sud, une altercation entre un éleveur et un agriculteur a dégénéré en conflit intercommunautaire , le mercredi 18 juillet 2012, faisant des blessés graves et plus de 200 personnes déplacées.

A l’origine de l’incident, le troupeau d’un berger est entré dans le champ de mil d’un agriculteur en causant des dégâts. Le berger en question a blessé l’agriculteur, qui a été vengé par la communauté bissa lors d’une expédition punitive organisée dans le village des Peulhs.

Les éleveurs en général et la communauté peule en particulier sont régulièrement victimes, voire traumatisés par la persistance des conflits agriculteurs-éleveurs. A Saré Peulh il n’ y a pas eu de victimes mortelles, mais ailleurs comme à Zabré il y a eu de nombreux morts, et la liste des affrontements s’allonge de semaine en semaine. Face à ce tableau inquiétant, que faut-il faire pour stopper la haine ethnique ?

Un reportage de Newton Ahmed Barry,

avec la voix de Abass Ouedraogo

Images : Michel Zongo

Montage : Dimanche Yameogo

Pour plus d’information, lisez l’enquête de Newton Ahmed Barry à ce sujet dans le journal l’Evénement : http://www.evenement-bf.net/spip.php?article288

« L’homme doit être occupé de telle manière qu’il soit rempli par le but qu’il a devant les yeux, si bien qu’il ne se sente plus lui-même et que le meilleur repos soit pour lui celui qui suit le travail. Ainsi l’enfant doit être habitué à travailler. Et où donc le penchant au travail doit-il être cultivé, si ce n’est à l’école ? L’école est une culture par contrainte. Il est extrêmement mauvais d’habituer l’enfant à tout regarder comme un jeu. Il doit avoir du temps pour ses récréations, mais il doit aussi y avoir pour lui un temps où il travaille. Et si l’enfant ne voit pas d’abord à quoi sert cette contrainte, il s’avisera plus tard de sa grande utilité. »

Emmanuel KANT, Réflexions sur l’éducation

img