Congo RDC : Jean –Chrysostome Kijana menacé de mort !

PAYS : Autres Pays
DATE DE PUBLICATION : mardi 9 février 2016
CATEGORIE : Articles
THEME : Politique

SOS, la vie de Jean –Chrysostome Kijana est en danger ! Il faut agir et vite sinon Kabila finira par avoir raison de lui, comme ce fut le cas pour bien d’autres avant lui. Jean–Chrysostome Kijana est le président de la National de la Nouvelle Dynamique de la Société Civile (NDSCI) en RDC. Il a échappé de justesse le 6 février 2016 à un enlèvement orchestré par les commandos de la garde présidentielle de Kabila venus de Kinshasa à Bukavu.

Selon les informations, ces commandos sont allés à Bukavu sous l’ordre de Kabila et sous la supervision du Général Delphin qui est par ailleurs le premier responsable des services de renseignements militaires du pays.

Il est reproché au défenseur de droit de l’homme, Jean–Chrysostome Kijana, sa participation au dernier séminaire panafricain qui s’est tenu à Ouagadougou, au Burkina Faso du 25 au 29 janvier 2016 sous le thème : « mobilisations citoyennes et processus démocratiques ».

Il lui est également reproché son implication dans le dossier de ‘’Mbobero’’, qui oppose le chef de l’État aux citoyens de cette localité. En effet, le 30 janvier 2016, un bataillon de la garde républicaine s’est déployé à Mbobero sous la supervision de Olive Lembe Kabila, épouse du chef de l’État et du gouverneur de la province du Sud-Kivu, Marcellin Cishambo, où ils ont démoli plus de 40 maisons des citoyens avec une extrême barbarie et violence. Un hôpital implanté dans cette entité a aussi été démoli, les malades évacués des chambres avec violence et jetés sur la pelouse, des malades en pleine intervention chirurgicale ont été contraints à quitter la salle d’opération sans aménagement.

Revenu de Ouagadougou, Jean –Chrysostome Kijana, s’est rendu sur le site à la tête d’une délégation de la NDSCI et de quelques journalistes, où il a eu à compatir avec les victimes de ce que le peuple considère comme un crime contre l’humanité. Il a eu à documenter la situation et à prendre des images. Il mène des plaidoyers dès lors pour chercher une assistance à ces sinistrés. Une marche pacifique de colère et d’indignation projetée par la NDSCI le samedi 6 février 2016 a été annulée par la mairie de Bukavu pour motif que l’on doit sauvegarder la paix sociale et accompagner les léopards qui jouent la finale du CHAN ce dimanche. Il aurait reçu des menaces et des intimidations de la part d’inconnus. Contenu du message : « pour qui te prends-tu pour te permettre de faire le bras de fer avec le chef ? Cette fois-ci tu ne t’en sortiras pas… ».

Vu la gravité de la situation, il a été alerté par un agent des services de renseignement militaire et aussi par un haut gradé de l’Agence Nationale de Renseignement (ANR). C’est ainsi qu’il a eu la vie sauve. Mais sa femme et ses enfants ne sont pas à l’abri du danger.

Masbé NDENGAR

« La violence à l’égard des femmes et des filles constitue une violation des droits de l’homme, une pandémie de santé publique et un obstacle de taille au développement durable. [...] Elle impose des coûts exorbitants aux familles, aux communautés et aux économies. [...] Le monde ne peut pas se permettre de payer ce prix. »
Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU

img