Déclaration du MSV-Burkina sur la résistance du peuple burkinabè face au putsch du RSP : un an après…nos martyrs ne méritent pas ça

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : vendredi 16 septembre 2016
CATEGORIE : Blog
THEME : Justice

A l’occasion de l’an 1 du coup de force du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), les attentes de la population en matière de justice ne sont pas encore comblées. Certaines organisations de la société civile montent au créneau pour décrier cet état de fait. C’est le cas du Mouvement des sans voix (MSV) du Burkina Faso qui exige que justice soit rendue aux martyrs. Pour le MSV-Burkina, les martyrs du coup d’État méritent mieux que ce traitement qui leur est dû et ce, il a tenu à le faire savoir dans une déclaration parvenue à notre rédaction.

16 septembre 2015, 16 septembre 2016, voilà déjà un an que notre pays a été violemment ébranlé par le coup d’Etat scélérat de l’ex Régiment de Sécurité Présidentiel (RSP). Comme un seul homme, le peuple burkinabè dans toutes ses composantes s’était résolument dressé contre ce complot et ses auteurs au prix d’énormes sacrifices.

A l’occasion de ce triste anniversaire, le MSV-Burkina s’incline une fois de plus sur la mémoire de ces martyrs qui ont bravé, les mains nues, les hordes obscurantistes du RSP pour défendre la démocratie. Leur sacrifice suprême aura permis de rétablir la démocratie et l’Etat de droit. A ce titre, ces vaillants hommes et femmes méritent toute notre reconnaissance.

La meilleure reconnaissance de leur sacrifice suprême est sans nul doute la ferme volonté d’œuvrer à ce que justice leur soit rendue sans excès ni complaisance. Et cette justice exige que tous les auteurs de ce complot et leurs complices de l’intérieur comme de l’extérieur, répondent de leurs actes criminels. Malheureusement, un après ce dramatique épisode, il est loisible de constater que cette justice se fait toujours attendre. Pire, il a été donné au peuple burkinabè d’assister, non sans consternation et amertume, au traitement judiciaire ou plutôt au marchandage politico-judiciaire réservé aux dossiers du putsch par le nouveau régime du Président Roch Marc Christian KABORE : manœuvres politiques pour soustraire certaines personnes à la justice, libérations tous azimuts de personnes inculpées, etc.

Le MSV-Burkina s’insurge contre ce marchandage politique des dossiers du putsch et dénonce sans ambages la volonté non dissimulée des nouvelles autorités de réserver un règlement politique au détriment de la justice.

Il met en garde ces aventuriers politiques à courte vue qui n’ont aucun sens de l’Etat, croyant à tort que tout est ‘’marchandable’’.

Il exige la fin de l’ingérence du pouvoir exécutif dans le traitement judiciaire desdits dossiers et partant, le respect scrupuleux du principe de la séparation des pouvoirs.
Par ailleurs, le MSV-Burkina, tout en félicitant le peuple pour son éveil continu, l’appelle à rester encore et toujours vigilent pour la réaffirmation de son attachement indéfectible à la justice.

Ouagadougou, le 16 septembre 2016.

MSV-Burkina, Rien que les droits des peuples !

« La violence à l’égard des femmes et des filles constitue une violation des droits de l’homme, une pandémie de santé publique et un obstacle de taille au développement durable. [...] Elle impose des coûts exorbitants aux familles, aux communautés et aux économies. [...] Le monde ne peut pas se permettre de payer ce prix. »
Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU

img