Déplacés de guerre au Mali : après la fuite, une nouvelle vie

PAYS : Mali
DATE DE PUBLICATION : mardi 29 septembre 2015
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société

La guerre les a fait fuir. Pour la plupart, les personnes ont fui le Nord après l’arrivée des “islamistes” dans la crainte de l’application de la charia. Déplacés ou réfugiés, ils ont quitté les régions de Tombouctou, Gao, Kidal, ... et n’y retourneront pas « tant que la paix ne sera pas revenue ». La plupart d’entre eux essaie tant bien que mal de se reconstruire une nouvelle vie.

Droit Libre TV est allée à la rencontre de quelques de ces déplacés de guerre installés à Bamako. Les uns s’en sortent bien à l’instar du célèbre rôtisseur "One Cluse". Les autres sont toujours hantés par les images de la guerre qui sont difficiles à oublier.

— -

Un reportage de Tillé N’Deye, Mamadou Coulibaly et Mohamed Dagnoko, réalisé dans le cadre de la formation des JRI (journalistes reporters d’images) à Bamako, soutenu par l’ambassade des Pays-Bas au Mali

« Effectivement, j’ai reçu la visite de deux personnes venues pour me demander pardon. Je leur ai demandé de quel pardon s’agit-il ? ai-je offensé quelqu’un ? Ils m’ont répondu qu’il s’agit de la mort de Norbert. Que de juste accepter le pardon. Blaise a dit qu’il n’est au courant de rien donc j’ai confié l’affaire à Dieu. Même si Blaise avait reconnu la mort de Norbert je ne peux en aucun cas prendre l’argent de son assassin. Même dans 100 ans Dieu va agir. Même si je ne suis plus vivante, rassurez-vous que justice sera faite. Assassiner de manière aussi violente, Dieu va agir », feu Augustine Zongo, mère du journaliste Norbert Zongo.

img