« Des chefs et d’anciens chefs militaires,...

DATE DE PUBLICATION : lundi 13 juillet 2015

« Des chefs et d’anciens chefs militaires, instrumentalisent le RSP et nos frères soldats du RSP pour se protéger contre la machine judiciaire en marche dans des cas emblématiques de crime de sang notamment les dossiers Thomas Sankara et Norbert Zongo. A ce titre, il faut explicitement citer le général Gilbert Diendéré, le maitre-chanteur dans l’ombre, le déstabilisateur à l’œuvre, autour duquel l’étau judiciaire se resserre et qui complique sa situation en se rapprochant avec Blaise Compaoré lui-même de la Cour Pénal International (CPI) ».

Extrait de l’appel du 11 juillet de la coordination des OSC au Burkina Faso

« Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants ».

Article 26 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH)

img