Fistules obstétricales, le drame silencieux

PAYS : Mali
DATE DE PUBLICATION : vendredi 30 octobre 2015
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Santé
AUTEUR : Mohamed Dagnoko

Elles sont marginalisées, délaissées, le plus souvent en marge de la société. Leur tort : être atteinte de la fistule obstétricale. Cette maladie leur fait perdre à tout instant de l’urine sans contrôle par des perforations faites à la vessie lors des accouchements prolongés.

La fistule constitue un problème majeur de santé publique et touche 2 millions de femmes à travers le Monde. Au Mali ce sont plus de 2000 nouveaux cas de fistule obstétricale qui sont déclarés chaque année.

Nous avons rendu visite à un centre qui abrite des femmes de tout-âge porteuses de fistule obstétricale. Ici, elles ont les mêmes maux, se soutiennent, sont soutenues et partagent le même espoir : guérir.

— -

Un reportage de Mohamed Dagnoko pour Droit Libre TV à Bamako.

Réalisé dans le cadre de la formation des JRI à Bamako, sous financement de l’ambassade du Royaume des Pays-Bas au Mali.

« Effectivement, j’ai reçu la visite de deux personnes venues pour me demander pardon. Je leur ai demandé de quel pardon s’agit-il ? ai-je offensé quelqu’un ? Ils m’ont répondu qu’il s’agit de la mort de Norbert. Que de juste accepter le pardon. Blaise a dit qu’il n’est au courant de rien donc j’ai confié l’affaire à Dieu. Même si Blaise avait reconnu la mort de Norbert je ne peux en aucun cas prendre l’argent de son assassin. Même dans 100 ans Dieu va agir. Même si je ne suis plus vivante, rassurez-vous que justice sera faite. Assassiner de manière aussi violente, Dieu va agir », feu Augustine Zongo, mère du journaliste Norbert Zongo.

img