Guinée : Foniké 2012 / Dix Millions (film documentaire)

DATE DE PUBLICATION : dimanche 17 août 2014
THEME : Culture

Dans ce film, toute la violence qui s’est déchaînée en Guinée est présente, hurlée dans le flow des rappeurs de Degg J force 3, Kassangue ou Dog Meny. Ici, pas d’images choc. Juste 53 minutes de rap, de groupes aux allures de gangstas déambulant entre les toits en tôle ondulée, pour chanter, doigt pointé vers l’objectif, le désespoir et la rage de toute une jeunesse.

Foniké est un terme du langage soussou qui, en Guinée Conakry, désigne la jeunesse, les forces vives, les mentalités émergentes.

En 13 ans d’existence le projet Foniké a produit une trilogie documentaire (entre 2005 et 2012), quelques films underground, 200 vidéos consultables sur internet (clips, témoignages, documents) et deux disques. Ce projet multidisciplinaire, qui puise ses fondements esthétiques et politiques dans la culture hip-hop, renseigne sur les conditions d’existence et la pensée de la jeunesse guinéenne (qui compare Conakry à « un immense ghetto »). Il témoigne également de sa combativité et de son talent.

Site web : http://fonike.microscopik.com/

Réalisé à Conakry en mai/juin 2012 avec Masta G, Anny Kassy, Kassangue, Boogary, Réflexion 2, Dash.
Réalisation/montage : Jérémie Lenoir
Produit par Pictanovo (ex Crrav) et Micro Scopik
Musique : H-Man
Prod Dix Millions : Yesski
Mixage : Marc Bernard

« Un Africain authentique est celui-là qui sait ce que ses ancêtres faisaient avant. Si vous ne connaissez pas votre passé, vous n’êtes pas un Africain. Si vous ne savez pas ce que faisaient vos ancêtres vous n’êtes pas un Africain. Si vous interroger les africains, 90% d’entre eux ne savent pas que leurs ancêtres ont été les premiers à avoir créé une religion donc ils suivent ce qu’on leur dit, ils appliquent ce qu’on leur dit et rejettent leur propre origine. On ne peut s’en sortir quand on rejette sa propre origine. On ne peut pas se réaliser dans la peau d’autrui. Un Africain ne sera jamais un Français, ne sera jamais un Arabe…il faut qu’il soit lui-même : c’est ça être un Africain authentique. Être soit même, savoir ce que les ancêtres faisaient et essayer de suivre la route. Si on fait cela, vous verrez qu’en moins d’un quart de siècle on s’en sortira. Notre jeunesse sera une jeunesse forte à l’égal des jeunesses d’autres pays du monde »,

Doumbi Fakoly sur Droit Libre TV en Janvier 2017.

img