Fous errants : une autre vie est possible

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : samedi 12 juillet 2014
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société
AUTEUR : Boubacar SANGARE

Les malades mentaux errants sont pour la plupart délaissés par leurs siens. Dans l’entendement de la majorité des gens, ils sont damnés ou possédés par des génies. Mais, avons-nous essayé de les sortir de la rue, savons-nous que ces gens peuvent être soigné ? Pensons-nous les aider à avoir une autre vie, une vie comme le notre ?

A Ouagadougou, une association de bénévoles a fait de l’assistance aux malades mentaux son cheval de bataille. Avec des moyens financiers très limités, ils arrivent à redonner un peu de dignité et de l’humanité à ces "fous".

Nous suivons soeur Rosalie et les autres bénévoles dans la rue ou encore à l’hôpital où le service psychiatrique est dépourvu de tout, mais le psychiatre garde l’espoir de pouvoir redonner la santé aux malades mentaux.

« L’homme doit être occupé de telle manière qu’il soit rempli par le but qu’il a devant les yeux, si bien qu’il ne se sente plus lui-même et que le meilleur repos soit pour lui celui qui suit le travail. Ainsi l’enfant doit être habitué à travailler. Et où donc le penchant au travail doit-il être cultivé, si ce n’est à l’école ? L’école est une culture par contrainte. Il est extrêmement mauvais d’habituer l’enfant à tout regarder comme un jeu. Il doit avoir du temps pour ses récréations, mais il doit aussi y avoir pour lui un temps où il travaille. Et si l’enfant ne voit pas d’abord à quoi sert cette contrainte, il s’avisera plus tard de sa grande utilité. »

Emmanuel KANT, Réflexions sur l’éducation

img