Fraude électorale au Burkina Faso : à qui la faute ?

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : mercredi 6 mars 2013
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Politique
AUTEUR : Gabriel KAMBOU

Le dimanche 17 février 2013 ont été tenues les élections municipales complémentaires dans 691 bureaux de vote à travers le Burkina. Opposition, majorité et CENI : chacun a accusé l’autre d’être à la base des fraudes qui ont entrainé cette reprise partielle des élections couplées de décembre 2012. Mais en réalité, à qui la faute si des fraudes à grande échelle ont été constatés lors du premier tour ?

« Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants ».

Article 26 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH)

img