Journée presse morte ce 09 février en Guinée suite à l’assassinat du journaliste Mohamed Diallo !

PAYS : Guinée
DATE DE PUBLICATION : mardi 9 février 2016
CATEGORIE : Articles
THEME : Médias

En Guinée, le journaliste Mohamed Diallo a été sauvagement assassiné dans l’exercice de son métier le vendredi 05 février dernier. C’était lors d’une échauffourée devant le siège de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) entre partisans de Bah Amadou Oury Vice-président exclu de l’UFDG et ceux de Cellou Delein Diallo, président du Parti.

Mohamed Diallo du site Guinee7 et collaborateur pour bon nombre de médias était sur les lieux pour une couverture médiatique. Il a été mortellement atteint d’une balle dans la poitrine. Suite aux échauffourées, certains militants et forces de sécurités civiles ont fait usage d’armes à feu endeuillant ainsi la famille du confrère.

Ce 08 février, les journalistes guinéens ont fait une marche pacifique sur un parcours de près de 5 km pour dénoncer ce crime crapuleux et exiger la lumière sur cet assassinat de trop.

Cette marche est suivie d’une journée presse morte observée par les médias guinéens ce 09 janvier 2016 pour à nouveau mettre la pression sur les plus hautes autorités du pays pour qu’elle tire cette affaire au claire.

Que plus jamais un journaliste ne soit encore la cible de bourreaux, des bandits à cols blancs déguisés en politiques. Vivement la justice !

Ismaël Compaoré

« Un Africain authentique est celui-là qui sait ce que ses ancêtres faisaient avant. Si vous ne connaissez pas votre passé, vous n’êtes pas un Africain. Si vous ne savez pas ce que faisaient vos ancêtres vous n’êtes pas un Africain. Si vous interroger les africains, 90% d’entre eux ne savent pas que leurs ancêtres ont été les premiers à avoir créé une religion donc ils suivent ce qu’on leur dit, ils appliquent ce qu’on leur dit et rejettent leur propre origine. On ne peut s’en sortir quand on rejette sa propre origine. On ne peut pas se réaliser dans la peau d’autrui. Un Africain ne sera jamais un Français, ne sera jamais un Arabe…il faut qu’il soit lui-même : c’est ça être un Africain authentique. Être soit même, savoir ce que les ancêtres faisaient et essayer de suivre la route. Si on fait cela, vous verrez qu’en moins d’un quart de siècle on s’en sortira. Notre jeunesse sera une jeunesse forte à l’égal des jeunesses d’autres pays du monde »,

Doumbi Fakoly sur Droit Libre TV en Janvier 2017.

img