La création de l’emploi et la sensibilisation comme remède contre l’extrémisme violent

PAYS : Niger
DATE DE PUBLICATION : jeudi 20 juillet 2017
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société
AUTEUR : Boureima Balima

Les actes perpétrés par les groupes terroristes ont de lourdes conséquences. En la matière, le Niger a payé des lourds tributs : des milliers des réfugiés venus des pays voisins mais aussi de l’intérieur ont tout perdu. Les drames humains relevant du barbarisme de Boko Haram sont inimaginables et laissent de nombreuses familles dans l’émoi. Ainsi pour lutter contre ce phénomène, un panel sur le thème : « face à la montée de l’extrémisme identitaire, quelles synergies des acteurs pour une éradication de la violence » a été organisé lors de la 1re édition du festival Ciné Droit Libre à Niamey. Pour les panélistes, la lutte contre l’extrémisme violent doit être générale et passe par la réalisation des activités socioéconomiques mais aussi par la sensibilisation et la conscientisation de la jeunesse.

« La bière n’est pas une priorité. Qu’est-ce qu’on choisit, le mil pour manger ou le mil pour boire ? Je crois qu’il faut d’abord nourrir les gens. Ensuite on verra le sort de ceux qui veulent boire. Tous les burkinabè ne boivent pas de la bière, mais tous les burkinabè mangent chaque jour. Il y aura de la bière premièrement à condition que les gens aient fini de manger à leur faim, deuxièmement à condition que ce soit à partir de mil du Burkina. Est-ce qu’un régime politique sérieux peut avoir comme préoccupation principale le sort des buveurs de bière ? ».

Thomas SANKARA, le 4 octobre 1987

img