La lagune de Bè : Un témoin silencieux des massacres du régime Gnassingbé

PAYS : Togo
DATE DE PUBLICATION : mercredi 25 avril 2018
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Politique
AUTEUR : Daniel Addeh

Le quartier Bè de Lomé est considéré comme étant le bastion de l’opposition togolaise. Sa lagune est tristement célèbre des massacres dont elle a été témoin. En avril 1991, un soulèvement populaire de remise en cause du règne du général Gnassingbé Eyadema a été violemment réprimé. 28 corps d’hommes, de femmes et d’enfants ont été repêchés de la lagune après cette atrocité.
À son décès en 2005, après le coup d’État militaire et constitutionnel perpétré par son fils Faure Gnassingbé pour s’accaparer du pouvoir, des manifestants qui réclamaient sa démission ont été massacrés au bord de cette lagune.
Monsieur Teko dont le fils a été tué par les militaires puis jeté à la lagune, n’a toujours pas pu récupérer le corps après 13 années passées à la morgue. Découvrez l’histoire macabre de la lagune de Bè sur Droit Libre TV.

« L’homme doit être occupé de telle manière qu’il soit rempli par le but qu’il a devant les yeux, si bien qu’il ne se sente plus lui-même et que le meilleur repos soit pour lui celui qui suit le travail. Ainsi l’enfant doit être habitué à travailler. Et où donc le penchant au travail doit-il être cultivé, si ce n’est à l’école ? L’école est une culture par contrainte. Il est extrêmement mauvais d’habituer l’enfant à tout regarder comme un jeu. Il doit avoir du temps pour ses récréations, mais il doit aussi y avoir pour lui un temps où il travaille. Et si l’enfant ne voit pas d’abord à quoi sert cette contrainte, il s’avisera plus tard de sa grande utilité. »

Emmanuel KANT, Réflexions sur l’éducation

img