La tolérance inter-réligieuse, victime collatérale de la crise au Mali ?

PAYS : Mali
DATE DE PUBLICATION : mercredi 30 septembre 2015
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société
AUTEUR : Moctar BARRY

Le caractère laïc de l’État malien est inscrit dans la Constitution. Les individus et groupes sont libres de pratiquer leur religion. Jusqu’à très récemment, le Mali était considéré comme un pays de paix et de tolérance religieuse. Mais depuis janvier 2012, avec la rébellion dans le nord du Mali et la prise de contrôle par des groupes islamistes sur les deux tiers du territoire, cette image a pris un sérieux coup.

Que faut-il faire pour préserver la tolérance et le vivre-ensemble des maliens ? Droit Libre TV est allé à la rencontre d’un abbé catholique et un islamologue.

« Un Africain authentique est celui-là qui sait ce que ses ancêtres faisaient avant. Si vous ne connaissez pas votre passé, vous n’êtes pas un Africain. Si vous ne savez pas ce que faisaient vos ancêtres vous n’êtes pas un Africain. Si vous interroger les africains, 90% d’entre eux ne savent pas que leurs ancêtres ont été les premiers à avoir créé une religion donc ils suivent ce qu’on leur dit, ils appliquent ce qu’on leur dit et rejettent leur propre origine. On ne peut s’en sortir quand on rejette sa propre origine. On ne peut pas se réaliser dans la peau d’autrui. Un Africain ne sera jamais un Français, ne sera jamais un Arabe…il faut qu’il soit lui-même : c’est ça être un Africain authentique. Être soit même, savoir ce que les ancêtres faisaient et essayer de suivre la route. Si on fait cela, vous verrez qu’en moins d’un quart de siècle on s’en sortira. Notre jeunesse sera une jeunesse forte à l’égal des jeunesses d’autres pays du monde »,

Doumbi Fakoly sur Droit Libre TV en Janvier 2017.

img