Les défenseurs des droits humains dénoncent un climat de terreur au Sénégal

PAYS : Sénégal
DATE DE PUBLICATION : jeudi 2 octobre 2014
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Politique
AUTEUR : Amath Niane

Non à l’intimidation des défenseurs des Droits Humains, c’est ce que l’on peut retenir de la récente sortie médiatique de 6 organisations de la société civile sénégalaise.

Convocation de présidents d’organisations et emprisonnement d’opposants politiques pour offense au chef d’état, c’est le climat de plus en plus répressif dans lequel ces OSC disent travailler.

Droit Libre TV a rencontré le secrétaire exécutif de Amnesty International section du Sénégal, signataire de la déclaration, et qui récemment a été invité par voie de presse par le Procureur de la république à venir témoigner dans l’enquête sur la mort de l’étudiant Bassirou Faye.

« La bière n’est pas une priorité. Qu’est-ce qu’on choisit, le mil pour manger ou le mil pour boire ? Je crois qu’il faut d’abord nourrir les gens. Ensuite on verra le sort de ceux qui veulent boire. Tous les burkinabè ne boivent pas de la bière, mais tous les burkinabè mangent chaque jour. Il y aura de la bière premièrement à condition que les gens aient fini de manger à leur faim, deuxièmement à condition que ce soit à partir de mil du Burkina. Est-ce qu’un régime politique sérieux peut avoir comme préoccupation principale le sort des buveurs de bière ? ».

Thomas SANKARA, le 4 octobre 1987

img