Les écoles du Sahel dans le viseur des djihadistes

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : lundi 13 mars 2017
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Education
AUTEUR : Seidou Samba Touré

C’est avec la peur au ventre que Mamounata est venue fermer l’école du village près de Gorom Gorom où elle enseigne depuis plusieurs années. Comme elle, des centaines d’enseignants ont décidé de fermer les classes et fuir la zone du Sahel. Après l’assassinat de leur collègue Salif Badini par des djihadistes, personne ne veut risquer sa vie.

Le Sahel se retrouve ainsi sans écoles et les parents d’élèves se demandent comment assurer l’enseignement de leurs enfants. Quelques braves enseignants comme Amadou Badoum ont décidé de continuer à enseigner les enfants mais chez eux dans le cadre familial.

Droit Libre TV a traversé la zone du Sahel pour rencontrer et entendre les cris de coeur des acteurs du système éducatif, parents d’élèves et enseignants et vous livre ce reportage exclusif.

Un reportage de Seidou Samba Touré.

« Dans le malheur nous avons lutté ensemble, dans la liberté nous triomphons ensemble. A présent, libre de mes mouvements, je reprends du service. Et par là même, je m’affirme en la légitimité nationale. La transition est ainsi de retour et reprend à la minute même l’exercice du pouvoir d’Etat. L’a-t-elle d’ailleurs jamais perdu ? Non, vu la clameur nationale contre les usurpateurs, vu la réprobation internationale contre l’imposture, c’est l’aveu même que le gouvernement de transition que vous avez librement choisi, et en qui vous avez totalement mis votre confiance, est resté le seul à incarner la volonté du peuple souverain. »

Michel Kafando, Président de la Transition, le 23 septembre 2015.

img