Mali : "IBKature" : censure de l’ORTM, silence radio de Koulouba, censure des réseaux sociaux …

PAYS : Mali
DATE DE PUBLICATION : jeudi 18 août 2016
CATEGORIE : Blog
THEME : Opinions

Comme une malédiction au lieu que nos forces de sécurité ou de la défense utilisent leurs balles contre les rebelles, djihadistes… non, ce sont des paisibles citoyens qu’ils tuent avec.

Le 12 juillet 2016 à Gao dans la septième région du Mali, lors d’un attroupement de la société civile contre l’installation des autorités intérimaires conforment à l’annexe 1 de l’Accord de la Paix issu du processus d’Alger, les FAMA (Forces Armées du Mali) ont tiré à balles réelles sur des paisibles citoyens faisant trois (3) morts et près de trente (30) blessés selon le site d’information en ligne « notre nation ».

Nous nous rappelons également, une semaine après le lancement du mouvement « Bamako ville propre ou opération Ami Kane » pour déloger les commerçants détaillants des voies publiques, nos forces de l’ordre avait tiré encore à balle réelle sur un marchand détaillant. Il avait été opéré avec succès mais sur le réseau social ‘facebook’ ses proches sollicitaient de l’aide afin de les aider à couvrir les frais de médicaments et d’hospitalisation.

Comme on ne dit jamais deux sans trois, hier 17 août 2016 à Bamako, les forces de la sécurité ont emboîté les pas de leurs frères d’armes de la septième région en tirant à balles réelles sur les membres de la société civile faisant selon « maliweb » deux (2) morts et plusieurs blessés, ce bilan est encore provisoire. Cette manifestation trouve son essence dans l’arrestation dans la nuit de lundi 15 août 2016 d’un jeune activiste surnommé Ras Bath qui est connu civilement sous le nom de Youssouf Bathily. A noter que Ras Bath est le fils de l’actuel ministre des domaines de l’Etat et des affaires foncières, Mohamed Ali Bathily. En effet, Ras Bath devait comparaître devant le juge du tribunal de la commune IV de Bamako, et cela c’était sans compter sur la génération de Ras Bath qui était massivement sortie, un rassemblement sans précédent, pour réclamer la libération de leur activiste.

Est-ce une malédiction ? Au lieu que nos forces de sécurité ou de la défense (déjà cantonnés avec les armes sous pieds) tirent sur les rebelles, djihadistes… non ce sont des paisibles citoyens qu’ils tuent. Il y a lieu, sans hésitation, de se poser des questions si nos forces de l’ordre, de la sécurité ou de la défense ont été ou pas formées pour assurer le maintien de l’ordre d’une manifestation pacifique, pour canaliser un attroupement sans tirer à balle réelle sur les citoyens. En posant cette question sur twitter un internaute m’a répondu en disant je cite : « Si, ils ont été formés mais comme toujours très mal formés »

La censure de l’ORTM (Office de Radiodiffusion-Télévision du Mali)

Décidément, nous ne finirons jamais de remettre l’ORTM en cause. Elle a l’habitude du monopole et de la censure, moyen le plus efficace pour détourner le malien des vrais problèmes de la citée. Depuis l’ascension des néo-démocrates au pouvoir, il n’est un secret pour personne, qu’au Mali pour être sous-informé, déconnecté avec les maux qui rongent la société, déphasé par rapport aux choses sérieuses… j’en oublie il te faut juste être un inconditionnel de notre chaîne nationale de Télévision. L’ORTM a osé diffuser le journal de 20h (GMT) sans un seul mot sur les événements liés à l’arrestation de Ras Bath dont le bilan provisoire fait état de deux (2) morts et plusieurs blessés. Sommes-nous dans un état démocratique ? Nos gouvernants d’aujourd’hui ont-ils un minimum de respect envers nous les fils et les filles de ce pays ? J’en doute très fort.

Le Silence Radio de Koulouba

Après l’annonce du décès de deux (2) manifestants, sur Twitter, j’avais prophétisé que ça sera improbable que le président IBK s’adresse à la nation sur cet événement tragique qui a coûté la vie à deux (2) de nos compatriotes. Sous d’autres latitudes, même si c’était un seul mort, leur Chef d’Etat, en bon père de la nation s’adressera à son peuple. Malencontreusement, les administrés ainsi que les dirigeants sont divergents d’une nation à une autre. Mais il y a une lecture de deux poids et deux mesures lorsqu’il s’agit d’un mort de nationalité Malienne ou Française, nous avons mémoire d’avoir vu le président IBK versé les larmes pour la mort de deux français, par contre depuis le début de cette crise soit l’année 2012 jusqu’à nos jours, c’est à peine si notre chef de l’état rend hommage aux défunts Maliens civils et militaires.

Censure des réseaux sociaux (facebook et twitter…)

Dans la foulée vu l’ampleur des dégâts et de la mobilisation sur internet, nos décideurs ont simplement décidé de réduire l’accès pour ne pas dire bloquer certains réseaux sociaux tels que : facebook, twitter… Nous ne pouvons que qualifier cet acte comme une atteinte à la liberté d’expression ou à la liberté tout court. Faisons-nous face à une sorte de dictature que nous pourrons appeler ‘IBKature’ ? De surcroît sous le régime de celui qui laisse toujours entendre qu’ils, avec ses compagnons, ont combattu la dictature pour l’instauration de la démocratie au Mali.

Au grand dam du gouvernement d’IBKature, une fois que certains activistes et blogueurs se sont rendu compte de ce fait ignoble dont le but était de réduire l’accès aux réseaux sociaux, ceux de la diaspora singulièrement : d’Amérique et de la France commencèrent à balancer sur twitter des liens pour le téléchargement des applications ou des sites électroniques sur lesquelles les internautes pouvaient surfer sans aucune censure de réseaux sociaux.

Il est vraiment temps que nos dirigeants du haut d’en haut, le président IBK et son gouvernement, sachent que les temps ont changé. Sans hésiter, il est impérieux pour eux de comprendre qu’ils doivent se mettre dans cette dynamique de changements. Mieux, il est plus que nécessaire pour eux de s’adapter à ce changement, de reconnaître qu’avec la révolution technologique, il n’est plus question de régenter le bas peuple comme si nous étions dans les années 90’. Non, votre manière de gouverner est révolue.

Article initialement publié sur le blog de Issa Balla Moussa Sangaré

« Effectivement, j’ai reçu la visite de deux personnes venues pour me demander pardon. Je leur ai demandé de quel pardon s’agit-il ? ai-je offensé quelqu’un ? Ils m’ont répondu qu’il s’agit de la mort de Norbert. Que de juste accepter le pardon. Blaise a dit qu’il n’est au courant de rien donc j’ai confié l’affaire à Dieu. Même si Blaise avait reconnu la mort de Norbert je ne peux en aucun cas prendre l’argent de son assassin. Même dans 100 ans Dieu va agir. Même si je ne suis plus vivante, rassurez-vous que justice sera faite. Assassiner de manière aussi violente, Dieu va agir », feu Augustine Zongo, mère du journaliste Norbert Zongo.

img