Migrants ou réfugiés : Que leur cri devienne le nôtre !

PAYS : Autres Pays
DATE DE PUBLICATION : mardi 19 janvier 2016
CATEGORIE : Articles
THEME : Société
AUTEUR : Redaction

Le 17 janvier dernier a été célébrée la 102ème Journée mondiale du migrant et du réfugié. Les années se suivent et se ressemblent. Des milliers de personnes, de tous les pays et de tous les continents, sont jetées sur le chemin de l’exil chaque année. Certains, avec un peu de chance, reviendront un jour sur leur terre natale. D’autres ne reviendront plus jamais. Ces dernières années, la méditerranée est devenue un gigantesque cimetière à ciel ouvert.

Migrants, réfugiés, dos mouillés, sans papiers, etc. tels sont les nombreux sobriquets auxquels ils sont affublés. Pourtant nul n’est étranger sur terre. Nous héritons tous de la terre. L’expression de l’appartenance à une classe donnée n’est rien d’autre que la résultante de notre égoïsme.

En ce jour, nos pensées vont à l’endroit des migrants et des réfugiés, victimes de politiques inadaptées et de l’égoïsme de l’humanité.

Droit Libre TV invite à méditer cette phrase du pape François : « Ne tombons pas dans l’indifférence qui humilie, dans l’habitude qui anesthésie l’âme et empêche de découvrir la nouveauté, dans le cynisme destructeur. Ouvrons nos yeux pour voir les misères du monde, les blessures de tant de frères et sœurs privés de dignité, et sentons-nous appelés à entendre leur cri qui appelle à l’aide. [...] Que leur cri devienne le nôtre et qu’ensemble, nous puissions briser la barrière d’indifférence qui règne souvent en souveraine pour cacher l’hypocrisie et l’égoïsme. »

« Un Africain authentique est celui-là qui sait ce que ses ancêtres faisaient avant. Si vous ne connaissez pas votre passé, vous n’êtes pas un Africain. Si vous ne savez pas ce que faisaient vos ancêtres vous n’êtes pas un Africain. Si vous interroger les africains, 90% d’entre eux ne savent pas que leurs ancêtres ont été les premiers à avoir créé une religion donc ils suivent ce qu’on leur dit, ils appliquent ce qu’on leur dit et rejettent leur propre origine. On ne peut s’en sortir quand on rejette sa propre origine. On ne peut pas se réaliser dans la peau d’autrui. Un Africain ne sera jamais un Français, ne sera jamais un Arabe…il faut qu’il soit lui-même : c’est ça être un Africain authentique. Être soit même, savoir ce que les ancêtres faisaient et essayer de suivre la route. Si on fait cela, vous verrez qu’en moins d’un quart de siècle on s’en sortira. Notre jeunesse sera une jeunesse forte à l’égal des jeunesses d’autres pays du monde », Doumbi Fakoly.

img