Niger : Les églises victimes de l’affaire Charlie Hebdo, deux ans après !

PAYS : Niger
DATE DE PUBLICATION : samedi 22 avril 2017
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société
AUTEUR : Souleymane DRABO

Des manifestations de désapprobation d’une caricature du prophète Mahomet à la une du journal satirique français Charlie Hebdo, ont dégénéré en pillages et en destructions des églises et des commerces chrétiens à Niamey et à Zinder, au Niger les 16 et 17 janvier 2015. Ce sont au total 45 églises qui ont été pillées, saccagées et incendiées par les manifestants.

Deux ans après, la situation est revenue à la normale. Mais des cas d’extrémisme violents persistent toujours dans ce pays. Pour résoudre ce problème, un cadre de dialogue interreligieux a été initié et est bien apprécié.

Droit Libre TV a rendu visite à la Paroisse St Gabriel pour un entretien à coeur ouvert avec son curé Paul Sandwidi pour parler des évènements , du dialogue interreligieux et des causes de la montée de l’extrémisme violent.

« On dit ‘’il y a de plus en plus de films dans les villages’’, et hop tout le monde fait des films dans les villes. Certes, il y a de plus en plus de séries de télévision qui sont importantes dans la vie des gens, et si on ne les fait pas, ça veut dire que dans quelques années on va consommer beaucoup de choses étrangères à nous-mêmes, à notre propre culture, à notre propre imaginaire, ce qui créera une grande catastrophe, avec l’impossibilité de réfléchir par nous-mêmes. Nous les vieux on s’en sortira, mais nos enfants n’auront plus de repères, car c’est le cinéma et l’audiovisuel qui se mettent ensemble pour coloniser le monde ; c’est plus brutal parce que ça ne se passe plus avec des fusils, mais juste des images. Et déjà dans beaucoup de capitales, tu vois la manière dont les gens marchent, comment ils se comportent, sous l’influence des séries de télévision brésiliennes et américaines. Donc le mal est là, et il y a beaucoup d’images à faire de nous-mêmes et pour nous-mêmes. »

Idrissa Ouedraogo in « Idrissa Ouedraogo, militant cinématographique » Africulture, oct.2017.

img