Nous ne pouvons pas régler les problèmes du Burkina...en six mois ou un an

DATE DE PUBLICATION : lundi 1er août 2016

« Je tiens à préciser que je travaille pour cinq ans et que c’est au terme de ces cinq années qu’il faudra nous juger, pas avant. Nous ne pouvons pas régler les problèmes du Burkina, qui sont latents depuis une vingtaine d’années, en six mois ou un an ».

Roch Marc Christian Kaboré in J.A N°2896

« Oui, nous [Blaise Compaoré et moi] habitons l’un en face de l’autre. Je l’ai invité à déjeuner. Nous avons échangé sur ce qui lui est arrivé, car, comme moi, il a subi un coup d’Etat. Je l’ai trouvé serein et je crois que je suis un exemple pour beaucoup. Il faut de la patience, de la sérénité … Le temps est un facteur important. »

Henri Konan Bédié in J.A n°2945 du 18 au 24 juin 2017.

img