Ouagadougou marche contre Monsanto

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : dimanche 24 mai 2015
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société
AUTEUR : Souleymane DRABO

"Ma santé oui, Monsanto non !" Le samedi 23 mai 2015, les membres du "Collectif Citoyen pour l’Agro-écologie du Burkina Faso" ont tenu à manifester pour exprimer leur inquiétude face à la vulgarisation des cultures OGM sur le sol burkinabé.

Depuis 2001 la firme Américaine Monsanto, premier producteur mondial des graines génétiquement modifiés, tente de convaincre l’état Burkinabé de l’utilité à introduire sur le sol burkinabé les cultures OGM. 

Cela a commencé par le coton "BT" mais la firme veut continuer de diversifier ces expériences sur des produits de première consommation qui sont le maïs, le sorgho, le niébé, la patate douce et le mil.

Les membres du Collectif Citoyen pour l’agro-écologie et certaines organisations de la société civile burkinabé ont tiré la sonnette d’alarme auprès des autorités Burkinabè pour exiger un moratoire sur l’importation, la dissémination et la production des OGM au Burkina Faso pendant dix (10) ans.

« Effectivement, j’ai reçu la visite de deux personnes venues pour me demander pardon. Je leur ai demandé de quel pardon s’agit-il ? ai-je offensé quelqu’un ? Ils m’ont répondu qu’il s’agit de la mort de Norbert. Que de juste accepter le pardon. Blaise a dit qu’il n’est au courant de rien donc j’ai confié l’affaire à Dieu. Même si Blaise avait reconnu la mort de Norbert je ne peux en aucun cas prendre l’argent de son assassin. Même dans 100 ans Dieu va agir. Même si je ne suis plus vivante, rassurez-vous que justice sera faite. Assassiner de manière aussi violente, Dieu va agir », feu Augustine Zongo, mère du journaliste Norbert Zongo.

img