Ouagadougou marche contre Monsanto

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : dimanche 24 mai 2015
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société
AUTEUR : Souleymane DRABO

"Ma santé oui, Monsanto non !" Le samedi 23 mai 2015, les membres du "Collectif Citoyen pour l’Agro-écologie du Burkina Faso" ont tenu à manifester pour exprimer leur inquiétude face à la vulgarisation des cultures OGM sur le sol burkinabé.

Depuis 2001 la firme Américaine Monsanto, premier producteur mondial des graines génétiquement modifiés, tente de convaincre l’état Burkinabé de l’utilité à introduire sur le sol burkinabé les cultures OGM. 

Cela a commencé par le coton "BT" mais la firme veut continuer de diversifier ces expériences sur des produits de première consommation qui sont le maïs, le sorgho, le niébé, la patate douce et le mil.

Les membres du Collectif Citoyen pour l’agro-écologie et certaines organisations de la société civile burkinabé ont tiré la sonnette d’alarme auprès des autorités Burkinabè pour exiger un moratoire sur l’importation, la dissémination et la production des OGM au Burkina Faso pendant dix (10) ans.

« Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants ».

Article 26 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH)

img