Pétition : RDC, libérez les jeunes militants détenus au secret

PAYS : Sénégal
DATE DE PUBLICATION : jeudi 23 avril 2015
CATEGORIE : Articles
THEME : Opinions
AUTEUR : Redaction

Le gouvernement de la RDC détient encore au secret au moins cinq militants des droits humains à Kinshasa. Ces militants ont été arrêtés le 15 mars lorsque les agents de sécurité ont pris d’assaut une conférence de presse à Kinshasa et ont arrêté environ 30 personnes, dont des militants de l’organisation de la jeunesse congolaise La Jeunesse Pour Une Nouvelle Société (JNS), le Forum National de la Jeunesse Pour L’excellence (FNJE ) et Lutte pour le Changement (LUCHA), le mouvement sénégalais Y’en a marre, le groupe burkinabé Balai Citoyen, ainsi que d’un diplomate américain et les journalistes présents à la conférence de presse.

Passez à l’action ! Amnesty International Sénégal lance une pétition en ligne pour exiger la libération immédiate des activistes toujours en détention au Congo RDC.

Pour signer, cliquez sur le lien suivant : http://amnesty.sn/spip.php?article1824

Partagez l’info sur vos réseaux sociaux !

« On dit ‘’il y a de plus en plus de films dans les villages’’, et hop tout le monde fait des films dans les villes. Certes, il y a de plus en plus de séries de télévision qui sont importantes dans la vie des gens, et si on ne les fait pas, ça veut dire que dans quelques années on va consommer beaucoup de choses étrangères à nous-mêmes, à notre propre culture, à notre propre imaginaire, ce qui créera une grande catastrophe, avec l’impossibilité de réfléchir par nous-mêmes. Nous les vieux on s’en sortira, mais nos enfants n’auront plus de repères, car c’est le cinéma et l’audiovisuel qui se mettent ensemble pour coloniser le monde ; c’est plus brutal parce que ça ne se passe plus avec des fusils, mais juste des images. Et déjà dans beaucoup de capitales, tu vois la manière dont les gens marchent, comment ils se comportent, sous l’influence des séries de télévision brésiliennes et américaines. Donc le mal est là, et il y a beaucoup d’images à faire de nous-mêmes et pour nous-mêmes. »

Idrissa Ouedraogo in « Idrissa Ouedraogo, militant cinématographique » Africulture, oct.2017.

img