Pr Etienne Traoré : De l’appel à une "décision magnanime" à l’offre d’une "rallonge" présidentielle anticonstitutionnelle en passant par d’éventuelles "défaite" ou "victoire" du Président Compaoré : autopsie d’une médiation commanditée et avortée.

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : vendredi 14 mars 2014
CATEGORIE : Blog
THEME : Opinions

Au cours d’une conférence de presse le Lundi 10 Mars 2014, à Ouagadougou , le groupe des médiateurs auto-saisis, annonçait l’échec de sa mission. Les trois personnalités dudit groupe, rappelons-le, n’intervenaient qu’en leurs noms personnels et n’étaient donc pas mandatées par aucune institution politique ou religieuse( en l’occurrence l’Eglise Catholique ou la Communauté musulmane).Mais comme je l’ai écrit sur mon blog, dans un article précédent, le médecin- commandant Jean Baptiste Ouedraogo est bel et bien un des deux amis( l’autre étant Alassane Ouattara, Chef de l’Etat Ivoirien) du Président Compaoré, ayant eu mission de trouver " une sortie honorable" à leur ami commun, une sortie selon les termes et les échéances choisis par ce dernier et acceptés par les opinions nationales et sous-régionales. Tous les deux devaient jouer sur les peurs du vide dangereux, source d’instabilité politique et d’insécurité au plan national et sous-régional, vide que laisserait le Président Compaoré s’il quittait le pouvoir en 2015. C’est tout à fait humain et même un devoir moral d’aider un ami en difficulté. Mais pas au détriment des fondements juridiques et politiques de notre vie nationale clairement répertoriés dans la CONSTITUTION CONSENSUELLE de Juin 1991 et qui ne prévoient pas de rallonge présidentielle. Il ne faut pas créer une telle rallonge qui engendrerait nécessairement un précédent récurrent.

Je pense que la proposition d’une "transition apaisée" allait dans le sens souhaité par le Président Compaoré qui sait l’immense impopularité internationale du tripatouillage des Constitutions et il a peur de cette opinion. Il sait plus que quiconque les dangers qu’il court en voulant passer en force. Il sait par avance qu’un éventuel référendum ne se ramènerait qu’à un plébiscite non constitutionnel : "Si vous votez oui, c’est pour dire que Blaise reste au Pouvoir. Si vous votez non, c’est pour dire à Blaise de quitter le Pouvoir" Il sait que le cas échéant, la campagne référendaire se battra en ses termes plébiscitaires et non pas autour de l’article 37 qui ne signifie rien chez nombre de nos compatriotes analphabètes. Pour lui donc, le lenga( rallonge) de deux ans était plus prenable et il a crû que son opposition allait l’accepter en échange de postes dans un "Gouvernement d’Union Nationale de transition". Toutes les agitations dans la majorité présidentielle plus ou moins contrariantes pour le Chef de la médiation ne devaient constituer qu’un écran de fumée qui durerait seulement un temps, pour se dissiper assez vite, permettant à cette majorité de culpabiliser l’opposition en disant : " vous voyez, nous nous sommes donner la peine de faire des concessions. Et vous de l’opposition, que faites-vous ?" De plus, le Président Compaoré connaît bien l’utilisation qu’il ferait de ce lenga : ça servirait moins à assurer des tâches de développement qu’à reprendre l’initiative politique pour préparer sa sortie par une double opération : anéantir toute l’opposition réelle toutes tendances confondues, en commençant par le MPP, sa première bête noire et contre lequel il voue une haine mortelle. Dans le même temps, il ferait émerger un dauphin issu de la famille élargie,son frère cadet François étant pour le moment hors jeu pour trop grande impopularité.Examinons à présent les scénarii de sortie de crise faites par la médiation.

1-" Le scénario d’honneur" : la médiation y indique au Président Compaoré comment " sortir par la grande porte" par une "décision magnanime "(généreuse) de ne plus modifier l’article 37 et donc de quitter le Pouvoir en Novembre 2015. À mon sens et pour bon nombre de compatriotes qui pensent et opinent librement, c’est la solution que l´opposition politique et la Société Civile ont toujours prônée. Mais je me demande en quoi ce serait comme dit la médiation une "décision magnanime" que de faire son devoir, de respecter son serment d’investiture comme Président du Faso qui est de défendre, respecter et faire respecter la Constitution ! Cette formule n’est-elle pas un peu courtisane ?

2-"Les scénarii de défaite" : il s’agit d’une éventuelle double défaite du Président Compaoré au référendum et à l’élection présidentielle et donc d’une double victoire de l’opposition réalisant ainsi l’alternance. Telle éventualité est presque présentée comme une catastrophe car : "Le Président sort en 2015 par la petite porte, humilié...L’agitation sociale autour de la victoire de l’opposition peut connaître des des dérapages aux conséquences incalculables...La Majorité s’expose à des humiliations difficiles...Cette victoire de l’opposition peut être source de troubles graves...peut causer des domages graves aux personnes et au pays..." Peut-on mieux dire que l’alternance politique, c’est à dire la victoire de l’opposition sur Blaise Compaoré ressemble à un déluge qui s’abattrait sur notre pays ? Ayez alors peur de l’alternance comme du déluge ! Et en quoi, perdre une élection, c’est être humilié ? N’est-ce pas là un appel à défendre son honneur par recours à toutes sortes de tricheries électorales comme cela est si fréquent sous nos tropiques ?

3-"Les scénarii à risques" : là encore, la médiation se situant du côté du Président Compaoré pour lui dire qu’en cas d´une double victoire de sa Majorité, il risque de gouverner en faisant face à une " fronde sociale importante" au point que : " Le pays peut devenir ingouvernable", poussant l’exécutif à une répression dangereuse. Encore une fois, s’il y a danger, il viendra des contestations civiles et politiques, de ces contrepouvoirs civiles et politiques peu respectueuses des résultats que la Majorité aurait démocratiquement acquis. Mais pourquoi cette éventuelle fronde sociale pouvant engendrer une ingouvernabilité ? C’est parce que lesdites victoires de la Majorité pourraient résulter de gigantesques fraudes et corruptions électorales( il faut bien ouvrir l’oeil du côté de la Cote d’ivoire) qui heurteraient frontalement les aspirations populaires au changement et au rejet d’une monarchisation du Pouvoir. Et là, il s’agirait de luttes démocratiques et patriotiques que notre peuple a toujours su opposer à ce type de confiscation autoritariste ou dynastique du Pouvoir d’Etat.
S’agissant de "la transition apaisée, négociée", je me demande d’abord " transition de quoi vers quoi dans la même quatrième République ?". Généralement la transition se fait d’un État d’exception à un État de droit où d’une République à une autre, pas à l’intérieur d’une même République ! Et puis la médiation ne fournit aucune justification de la rallonge de deux ans autre que celle du temps : " donner un peu plus de temps à tout le monde : le Président pour se retirer, la Majorité pour se préparer, l’Opposition pour s’organiser". Deux ans supplémentaires au Président pour se retirer, c’est bien là l’objectif stratégique essentiel pour lui donner le temps de se choisir un dauphin qui aura, selon ses calculs, à faire à une opposition qu’il aura fini de laminer lui-même en dépit du Gouvernement d’Union Nationale ! Sommes nous dans un Royaume ou dans une République ? L’opposition se défend ainsi bien en exigeant le respect du délai constitutionnel de la Présidentielle prévue pour Novembre 2015.

4- enfin "Le scénario catastrophique : l’arbitrage de l’armée". Pour la médiation : " En cas de graves désordres, un coup d’Etat et l’avènement d’un régime d’exception peut toujours se présenter". Dans ce cas, tout le monde est perdant, y compris le pays et la sous-région. Mais je me demande qui peut bien être à la source de de ces " graves désordres" ? À lire les médiateurs, c’est probablement, en plus des contestataires civils, l’opposition qui, si elle gagne " peut causer des dommages graves aux personnes et au pays"(cf."Les Scenarii de défaite") ou si elle perd, peut "rendre le pays ingouvernable" (Cf."Scenarii à risques"). Encore une fois, la peur est instrumentalisée pour tenter d’orienter forcément vers l´acceptation du lenga à Blaise Compaoré. Cette instrumentalisation de la peur qui peut amener le Pouvoir à restreindre les libertés fondamentales, me rappelle le crépuscule du pouvoir de Wade au SENEGAL. Là aussi, presque tous les pronostics annonçaient de la violence et du sang lors de l’élection présidentielle. Tout s’y est finalement déroulé dans la paix et le Sénégal est aujourd’hui gouverné dans la paix par une équipe d’alternance. Comme à l’arrondissement 4 de notre capitale Ouagadougou !!! Que personne n’ait donc inutilement peur.

J’avais déjà évoqué les raisons objectives de l’échec inéluctable de cette médiation. J’y ajoute aujourd’hui une responsabilité des médiateurs eux-mêmes : ils auraient dû chercher préalablement à établir un minimum de confiance entre les protagonistes d’une part ; entre eux-même et les protagonistes d’autre part. Il est très difficile de réussir une médiation en sautant ces étapes. De plus quand on procède à ce genre de médiation faite de neutralité et de discrétion, il faut éviter des visites intéressées et presque publicitaires comme l’a fait le Premier Ministre. Il faut aussi éviter la divulgation du déroulement des travaux etc

Je termine cette longue intervention inhabituelle, car liée au sujet important du jour, en réaffirmant que seule des luttes populaires encore plus larges et plus déterminées pourront aider Blaise Compaoré(sensible au rapport des forces) à s’émanciper de ses faucons pour enfin renoncer à sa déraisonnable désir de rester au Pouvoir après Novembre 2015. Vouloir foncer vers un plébiscite dit référendum, c’est aggraver très sérieusement la crise qui pourrait alors, faute de mieux, déboucher sur un coup d’Etat comme la médiation ne l´a pas totalement exclu. Et à ses très rares amis sincères aujourd’hui et à lui-même, je voudrais dire ceci : quels que soient le nombre et la qualité des baïonnettes protectrices et dont on a le monopole, il ne faut jamais oublié ce mot d’un autre stratège militaire : " Des baïonnettes, on peut tout faire, sauf s’asseoir dessus"( Napoléon Bonaparte )

Etienne Traoré
Université de Ouagadougou 14 Mars 2014

Blog : nababio.blog4ever.net

« La violence à l’égard des femmes et des filles constitue une violation des droits de l’homme, une pandémie de santé publique et un obstacle de taille au développement durable. [...] Elle impose des coûts exorbitants aux familles, aux communautés et aux économies. [...] Le monde ne peut pas se permettre de payer ce prix. »
Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU

img