Que plus jamais un enfant ne meurt au Burkina Faso par manque de couveuses !

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : mercredi 3 août 2016
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Santé
AUTEUR : Masbé Ndengar

Au début du mois de juillet, une histoire des jumelles nées prématurées à qui il manquait les couveuses pour sauver la vie a fait couler beaucoup d’encre et a plongé bon nombre de citoyens burkinabè dans l’émoi. Très vite, le public a été mis au courant de la situation. Dès lors, une course contre la montre a été engagée pour les enfants mais le matériel a fait défaut. L’une après l’autre, les jumelles sont reparties seulement quelques jours de vie sur terre.

Choquées, Raissa Compaoré, Alain Traoré (Alino) et d’autres personnes ont lancé une opération de collecte de fonds. La situation qui prévaut dans les hôpitaux en matière de soin néonatal est désolante. L’opération de collecte de fonds qui vise à équiper plusieurs hôpitaux de six couveuses, pourrait redonner l’espoir de vivre aux enfants et éviter que des drames pareils se reproduisent dans l’avenir.

Pour des contributions, utilisez les deux comptes Airtel money ouverts à cet effet (le 67 97 05 05 et le 74 18 92 92)

« La bière n’est pas une priorité. Qu’est-ce qu’on choisit, le mil pour manger ou le mil pour boire ? Je crois qu’il faut d’abord nourrir les gens. Ensuite on verra le sort de ceux qui veulent boire. Tous les burkinabè ne boivent pas de la bière, mais tous les burkinabè mangent chaque jour. Il y aura de la bière premièrement à condition que les gens aient fini de manger à leur faim, deuxièmement à condition que ce soit à partir de mil du Burkina. Est-ce qu’un régime politique sérieux peut avoir comme préoccupation principale le sort des buveurs de bière ? ».

Thomas SANKARA, le 4 octobre 1987

img