RD du Congo : Quel qu’en soit l’auteur, un viol reste un viol.

DATE DE PUBLICATION : jeudi 23 octobre 2014
THEME : Santé

Depuis six ans, Antoinette Mbila aide les femmes de son village et d’autres dans la région du Sud-Kivu à surmonter le traumatisme du viol et des violences sexuelles. Formée par le CICR en tant que conseillère psychosociale, elle dirige une équipe dans une maison d’écoute située à Irangi. Le CICR vient de terminer une campagne pour inciter les femmes à demander une aide médicale et un soutien psychosocial quelque que puisse être l’auteur du viol, un inconnu ou un proche. Stations de radio et théâtre communautaire ont permis de diffuser ce message.

Une vidéo de la chaine Youtube de la Croix Rouge / International Committee of the Red Cross (ICRC)

« La violence à l’égard des femmes et des filles constitue une violation des droits de l’homme, une pandémie de santé publique et un obstacle de taille au développement durable. [...] Elle impose des coûts exorbitants aux familles, aux communautés et aux économies. [...] Le monde ne peut pas se permettre de payer ce prix. »
Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU

img