Si le diable lui-même venait à gouverner au Ghana...il serait obligé de faire ce que le peuple attend de lui

DATE DE PUBLICATION : jeudi 20 octobre 2016

« Ce dont nous avons besoin dans ce pays, c’est de faire en sorte que, si le diable lui-même venait à gouverner au Ghana, certaines procédures, certaines pratiques l’empêcheraient de faire ce qu’il veut. Il serait obligé de faire ce que le peuple attend de lui ».

John Jerry Rawlings, ancien président du Ghana

« La violence à l’égard des femmes et des filles constitue une violation des droits de l’homme, une pandémie de santé publique et un obstacle de taille au développement durable. [...] Elle impose des coûts exorbitants aux familles, aux communautés et aux économies. [...] Le monde ne peut pas se permettre de payer ce prix. »
Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU

img