Soeur Rosalie

DATE DE PUBLICATION : dimanche 13 juillet 2014

Soeur Rosalie, religieuse burkinabè : « Il faut que les gens changent leur regard sur les malades mentaux errants. Quand je vois un malade qui marche nu, c’est la nudité de tous les Hommes qui est là. Quand on arrive à vêtir quelqu’un et l’aider à sortir de là, c’est une grande joie, une action de grâce. »

« La bière n’est pas une priorité. Qu’est-ce qu’on choisit, le mil pour manger ou le mil pour boire ? Je crois qu’il faut d’abord nourrir les gens. Ensuite on verra le sort de ceux qui veulent boire. Tous les burkinabè ne boivent pas de la bière, mais tous les burkinabè mangent chaque jour. Il y aura de la bière premièrement à condition que les gens aient fini de manger à leur faim, deuxièmement à condition que ce soit à partir de mil du Burkina. Est-ce qu’un régime politique sérieux peut avoir comme préoccupation principale le sort des buveurs de bière ? ».

Thomas SANKARA, le 4 octobre 1987

img