Thiat (Keur Gui) : "L’ Afrique ne peut pas négliger sa jeunesse" (Ciné Droit Libre 2016)

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : jeudi 15 décembre 2016
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Culture
AUTEUR : Redaction

« Droit de vivre : luttons contre l’extrémisme violent ». Tel s’intitule le thème de la 12e édition du festival Ciné Droit Libre. A l’occasion de cette rencontre des cinémas engagés d’Afrique et du monde, Droit Libre TV en partenariat avec la télévision Canal 3 vous offre son plateau spécial 100% droits humains, 100% liberté d’expression.

Avec des invités chocs, dans un discours franc et direct, allons à la rencontre des de ces femmes et hommes qui se battent au quotidien par leurs analyses pointues, par le micro ou la caméra, pour que triomphent les droits humains.

Thiat et l’un des membres de Keur Gui, groupe de rap sénégalais et membre du mouvement Y’en a marre. On revient avec lui sur sa carrière d’artiste et leader de la société civile.

« L’homme doit être occupé de telle manière qu’il soit rempli par le but qu’il a devant les yeux, si bien qu’il ne se sente plus lui-même et que le meilleur repos soit pour lui celui qui suit le travail. Ainsi l’enfant doit être habitué à travailler. Et où donc le penchant au travail doit-il être cultivé, si ce n’est à l’école ? L’école est une culture par contrainte. Il est extrêmement mauvais d’habituer l’enfant à tout regarder comme un jeu. Il doit avoir du temps pour ses récréations, mais il doit aussi y avoir pour lui un temps où il travaille. Et si l’enfant ne voit pas d’abord à quoi sert cette contrainte, il s’avisera plus tard de sa grande utilité. »

Emmanuel KANT, Réflexions sur l’éducation

img