Togo : les dames au métier d’homme !

PAYS : Togo
DATE DE PUBLICATION : vendredi 21 octobre 2016
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Emploi
AUTEUR : Daniel Addeh

De plus en plus, la frontière entre les métiers destinés aux hommes et ceux des femmes se rompt. Les métiers réservés uniquement aux hommes autrefois ne le sont plus de nos jours et vice versa.

A Lomé au Togo, deux jeunes femmes, Adjo et Linda, s’adonnent aux métiers jusque-là peu exercés par la gente féminine : Linda est réparatrice des amortisseurs des véhicules et Adjo, peintre auto. Cette dernière redonne « vie » aux véhicules usagés.

Elles doivent quotidiennement braver les préjugés de la société. Déterminées, elles le sont et ne comptent pas baisser les bras malgré qu’elles doivent conjuguer à la fois bruits stridents, odeurs, chaleur, graisse et fatigue. Au fil du temps elles forcent l’admiration de tous par leur travail. Adjo et Linda sont la preuve que la femme peut bien exercer le métier d’homme et réussir son insertion sociale.

« On dit ‘’il y a de plus en plus de films dans les villages’’, et hop tout le monde fait des films dans les villes. Certes, il y a de plus en plus de séries de télévision qui sont importantes dans la vie des gens, et si on ne les fait pas, ça veut dire que dans quelques années on va consommer beaucoup de choses étrangères à nous-mêmes, à notre propre culture, à notre propre imaginaire, ce qui créera une grande catastrophe, avec l’impossibilité de réfléchir par nous-mêmes. Nous les vieux on s’en sortira, mais nos enfants n’auront plus de repères, car c’est le cinéma et l’audiovisuel qui se mettent ensemble pour coloniser le monde ; c’est plus brutal parce que ça ne se passe plus avec des fusils, mais juste des images. Et déjà dans beaucoup de capitales, tu vois la manière dont les gens marchent, comment ils se comportent, sous l’influence des séries de télévision brésiliennes et américaines. Donc le mal est là, et il y a beaucoup d’images à faire de nous-mêmes et pour nous-mêmes. »

Idrissa Ouedraogo in « Idrissa Ouedraogo, militant cinématographique » Africulture, oct.2017.

img