Tombouctou : les femmes violées sont aussi innocentes que les « mausolées » !

PAYS : Mali
DATE DE PUBLICATION : mercredi 11 janvier 2017
CATEGORIE : Blog
THEME : Opinions

L’image a fait le tour du monde. En 2012 les djihadistes détruisaient à coup de pioches les mausolées de la ville de Tombouctou dans le nord du Mali. Selon eux, ces mausolées sont contraires à l’islam. Des crimes (la destruction en 2012 de la mosquée Sidi Yahia de Tombouctou ainsi que de 9 mausolées) pour lesquels Ahmed Al Faqi Al Mahdi a été reconnu coupable et condamné à neuf ans de prison. Ahmed Al Faqi est le premier à être jugé pour des crimes commis au plus fort de la crise malienne, sous l’occupation des régions nord du pays. Mais, les crimes commis ne se limitent pas uniquement à la destruction de biens culturels. Les groupes armés qui occupaient les lieux ont aussi perpétré des viols ainsi que d’autres formes de violences sexuelles sur des femmes et des jeunes filles. Malgré les 171 victimes recensées et les 113 plaintes portées pour les crimes de violences sexuelles, personne n’a été inquiété par la justice à ce sujet.


Justice rendue pour les édifices

En février 2015, la cité légendaire de Tombouctou a renoué avec ses « saints ». Les mausolées détruits ont été restaurés et réhabilités avec l’aide de l’UNESCO. Il restait alors la porte de la mosquée Sidi Yahia, qui a elle aussi a été restaurée en septembre 2016 en présence de notables, d’habitants de Tombouctou, du représentant de l’UNESCO et de la MINUSMA … Je ne dis pas que la restauration de ces biens culturels, classés patrimoine culturel de l’humanité, n’est pas important. D’ailleurs, je me réjouis pour la justice rendue aux édifices de Tombouctou. Mais ça ne doit pas se limiter à ça et s’arrêter là.

Qu’en est-il du sort des femmes et des jeunes filles violées ?

Sous l’occupation des régions nord du Mali, les djihadistes et d’autres groupes armés ont exercé des violences sexuelles de diverses formes, notamment des viols. Comme l’atteste un rapport établi en 2012 par le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme sur la situation des droits humains au Mali. L’ONG Wildaf-Mali (Women In Law and Development/ Femme – Droit et – Développement en Afrique) a recensé 171 femmes victimes de violences sexuelles venant des régions du nord du Mali. Selon Bintou Bouaré, présidente de Wildaf-Mali « sur ces 171 femmes, 113 ont accepté de porter plainte. En trois ans, 30 femmes seulement ont été écoutées par le procureur de la commune 3 de Bamako ».


« Reconnaître qu’on a été violée est une honte pour sa famille »

Le viol est un sujet tabou au Mali. Les lèvres des victimes sont scellées par le regard de la société. Parmi les 171 femmes et filles victimes recensées de violences sexuelles, 58 n’ont pas voulu porter plainte. « Certaines se sentent responsables de leur sort. Tandis que d’autres ont peur de témoigner parce qu’elles vivent dans la même localité que leurs violeurs qui errent librement dans la nature » me confie Bintou Bouaré, présidente de l’ONG Wildaf-Mali.

La blogueuse Fatouma Harber connait la ville de Tombouctou comme la paume de sa main. Elle n’a jamais quitté la cité des 333 saints. Pourtant la blogueuse avoue qu’elle n’avait jamais entendu parler de victimes dans Tombouctou ville. « Au début, je pensais qu’il n’y avait pas de victimes à Tombouctou » raconte Fatouma Harber avant de poursuivre « c’est après quelques recherches à gauche et à droite que je me suis rendue compte qu’il y avait plusieurs victimes. Mais personne ne veut parler. Reconnaître qu’on a été violée, c’est une honte pour la famille ».

Au regard de l’absence de jugement pour les violences sexuelles, les instances juridictionnelles maliennes et internationales préfèrent enfuir leur justice dans les pierres angulaires. Alors qu’à l’angle des maisons souffrent en silence femmes et jeunes filles depuis des années. Personne ne les voit et dans les rapports elles ne sont que des chiffres. Malgré leurs nuits blanches, ces femmes portent en elles un rêve, celui de voir un jour la justice triompher.

Article initialement publié sur le blog de Georges Attino

« Jeunes, efforcez-vous toujours de comprendre les hommes, et recherchez par tous les moyens la mutuelle compréhension ! Alors, nos différences, au lieu de nous séparer des autres, deviendront sources de complémentarité et d’enrichissement mutuel. »

Amadou Hampaté Ba, « diplômé de la grande université de la Parole enseignée à l’ombre des baobabs »

img