Trois ans après le saccage de l’usine Tan Aliz : Les ex travailleurs dans le désespoir

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : dimanche 10 septembre 2017
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Emploi
AUTEUR : Mouniratou Lougué

A la suite de l’insurrection populaire d’octobre 2014 lors de laquelle l’usine Tan Aliz a été saccagée, 124 personnes ont perdu leurs emplois et des collecteurs de cuir n’ont pas été payés pour la matière première livrée quelques jours avant les faits. Commence une « descente aux enfers » pour ces ex collaborateurs. Près de trois ans après la fermeture de l’usine, ex travailleurs et fournisseurs attendent d’être dédommagés par les responsables de Tan Aliz. Leurs témoignages dans ce reportage.

« Effectivement, j’ai reçu la visite de deux personnes venues pour me demander pardon. Je leur ai demandé de quel pardon s’agit-il ? ai-je offensé quelqu’un ? Ils m’ont répondu qu’il s’agit de la mort de Norbert. Que de juste accepter le pardon. Blaise a dit qu’il n’est au courant de rien donc j’ai confié l’affaire à Dieu. Même si Blaise avait reconnu la mort de Norbert je ne peux en aucun cas prendre l’argent de son assassin. Même dans 100 ans Dieu va agir. Même si je ne suis plus vivante, rassurez-vous que justice sera faite. Assassiner de manière aussi violente, Dieu va agir », feu Augustine Zongo, mère du journaliste Norbert Zongo.

img