Une déclaration pour dénoncer 20 ans de violations des droits humains en Gambie

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : vendredi 25 juillet 2014
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Politique
AUTEUR : Bakary OUATTARA

Depuis son arrivé au pouvoir en 1994, le président Gambien Jammeh est régulièrement interpellé sur les violations des droits humains et la liberté d’expression dans son pays. 20 ans après, les organisations de la société civile tirent la sonnette d’alarme. Au Burkina Faso, 10 organisations de défense des droits humains et de la liberté de la presse ont signé une déclaration à l’occasion de ce qu’elles ont baptisé "la fête de la liberté en Gambie".

« Oui, nous [Blaise Compaoré et moi] habitons l’un en face de l’autre. Je l’ai invité à déjeuner. Nous avons échangé sur ce qui lui est arrivé, car, comme moi, il a subi un coup d’Etat. Je l’ai trouvé serein et je crois que je suis un exemple pour beaucoup. Il faut de la patience, de la sérénité … Le temps est un facteur important. »

Henri Konan Bédié in J.A n°2945 du 18 au 24 juin 2017.

img