Une déclaration pour dénoncer 20 ans de violations des droits humains en Gambie

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : vendredi 25 juillet 2014
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Politique
AUTEUR : Bakary OUATTARA

Depuis son arrivé au pouvoir en 1994, le président Gambien Jammeh est régulièrement interpellé sur les violations des droits humains et la liberté d’expression dans son pays. 20 ans après, les organisations de la société civile tirent la sonnette d’alarme. Au Burkina Faso, 10 organisations de défense des droits humains et de la liberté de la presse ont signé une déclaration à l’occasion de ce qu’elles ont baptisé "la fête de la liberté en Gambie".

« La violence à l’égard des femmes et des filles constitue une violation des droits de l’homme, une pandémie de santé publique et un obstacle de taille au développement durable. [...] Elle impose des coûts exorbitants aux familles, aux communautés et aux économies. [...] Le monde ne peut pas se permettre de payer ce prix. »
Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU

img