Violences des militaires putschistes à Ouagadougou : deux victimes racontent leur calvaire

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : jeudi 8 octobre 2015
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société
AUTEUR : Masbé Ndengar

14 victimes mortelles et plus de 250 blessés, le bilan provisoire du coup d’état survenu le 16 septembre au Burkina Faso est assez lourd. Pendant une semaine, la terreur du RSP a regné sur Ouagadougou.

Moussa et Amadou, deux jeunes victimes des violences du Régiment de sécurité présidentielle, racontent leur histoire.

« L’homme doit être occupé de telle manière qu’il soit rempli par le but qu’il a devant les yeux, si bien qu’il ne se sente plus lui-même et que le meilleur repos soit pour lui celui qui suit le travail. Ainsi l’enfant doit être habitué à travailler. Et où donc le penchant au travail doit-il être cultivé, si ce n’est à l’école ? L’école est une culture par contrainte. Il est extrêmement mauvais d’habituer l’enfant à tout regarder comme un jeu. Il doit avoir du temps pour ses récréations, mais il doit aussi y avoir pour lui un temps où il travaille. Et si l’enfant ne voit pas d’abord à quoi sert cette contrainte, il s’avisera plus tard de sa grande utilité. »

Emmanuel KANT, Réflexions sur l’éducation

img